Recentrage sur ma propre petite gueule ....Ego histoire...Ego tout et n'importe quoi....

Publié le par Nègre Inverti

 

 

Penseur !-copie-1

 

 

 

J'ai essayé de me replonger dans l'univers qui était le mien à la création de ce blog. J'étais angoissé à l'idée de m'assumer comme trans. Si tu débarques ici pour la première fois, sache que je suis garçon trans. "Comment ça , dans quel sens ?" me demande-t-on souvent, tellement que les gens ne sont habitués qu'aux Male to Female. Bref coco, je suis socialement Female to Male. Alors quand je dirai "transition", tu dois comprendre "changement de sexe". Et non, je ne te dirai pas si je suis ou compte me faire opérer.

 

Bref, je disais qu'à l'époque de la création du blog, je peinais terriblement à m'assumer comme trans. Ou plutôt, je l'avais fait il y avait bien des mois avant, mais il fallait assumer aux yeux des autres que je l'avais assumé à mes propres yeux. (Est-ce que je suis clair ? Je te préviens, ce soir j'écrirai n'importe comment, comme ça vient.).

 

Bref, un évènement rendait encore plus difficile cet assumage (clin d'oeil - et ce sera pas le seul -  à ma pote chérie avec qui nous passons nos soirées oisives et dépressives à inventer des mots et à dévoyer consciemment la langue de Molière) : j'avais choisi un prénom qui n'était pas G. mais N. J'adorais le prénom N., et je me suis présenté ainsi à la rentrée des cours et dans le militantisme. Mais plus on m'appelait comme ça, plus je me sentais étranger à moi-même. J'ai réfléchi, et me suis rendu compte que j'adorais ce prénom mais que je me voyais le donner à un de mes futurs enfants - futurs et très lointains car j'ai trop pas que ça à faire là lol .

 

(Oui je veux des gosses ça te gêne ? lol ) 

 

 

will-and-willow-smith.jpg

 

Bref, du coup, j'étais terrifié. Ce n'est pas du tout exagérantionnel. C'était déjà assez éprouvant de m'assumer comme trans, puis de l'assumer aux yeux d'autrui, de demander à changer de prénom, pour finalement redemander un énième changement. Crises d'angoisse, peur d'être pris pour un schizophréne et pas pour un trans - ce que d'ailleurs quelqu'une de très charmante m'a suggéré...et là, après tous ces mois, j'ai envie de lui dire comme on dit en créole : BONDA MANMANW !  (Je ne traduirai pas, n'insiste pas.)  Bref, peur que la remise en question de la transition par autrui ne soit d'autant plus forte que je me montre a priori instable, ne serait-ce que dans le choix de mon prénom. 


Heureusement, quand il y a des cons, il y a toujours des gens bons pour les contrer. Certaines personnes que je ne remercierai jamais assez, d'horizons plutôt divers, m'ont déculpabilisé et c'est ainsi que je me suis dénommer "sans nom" pendant quelques jours. Pour remplir des doodle de réu je mettais "petit être sans nom " lol . Puis au taff, j'ai vu le prénom G., écrit au masculin. Et je me suis rappelé à quel point je le kiffais - d'ailleurs il était dans la liste avant que je ne choisisse N. la première fois. Et je me suis dit, mais c'est merveilleux, le nom est mixte en plus. Après, je me suis dit que je pouvais même aller plus loin - vu ce que je voulais - et le rendre épicène dans son orthographe. Et puis voilà, j'ai demandé aux gens qui me soutenaient d'essayer de m'appeler comme ça un moment, pour voir, avant de me fixer, histoire de ne pas bêtiser comme je l'avais fait pour N. Puis j'ai commencé à kiffer ma race de ouuuuuf et j'ai dit yessssssss ça c'est my mother fucking name ! 

 

 

Bon tout ça c'est pour dire que j'étais en mode TRANSITION TRANSITION TRANSITION dans ma tête. Je me réveillais dans la transition, petit déjeunais la transition, marchait en transition, travaillais sur la transition, me rendormais avec (insomniait sur) la transition. Rien que ça. Moi c'était ça, la transition, c'est tout. Et malgré le fait d'être entouré, vu que je venais de m'éloigner de plein de gens, pas nécessairement pour la transition, mais parce que je ne voulais plus du tout être dans certaines sphères, j'avais vraiment la sensation qu'il ne restait que Moi pour moi. 

 


 

C'est pourquoi j'ai eu envie de faire un blog. Pour la 5e fois lol je crois lol....Le premier blog c'était pour la musique. J'ai arrêté parce que j'ai quitté le monde chrétien dans lequel j'ai évolué, donc je ne me voyais plus à l'époque continuer à mettre des trucs jésus-machin-chose à longueur de journée. Ensuite le 2e, c'était sur la musique, façon non chrétienne, et là ça n'a pas duré parce que j'étais trop embrigadé à l'époque pour assumer de faire de la musique sans avoir pour but ultime l'adoration du sieur jésus. Ensuite le 3e c'était sur le féminisme noir. Mais là troooooooooop chiant à faire. Y'avait que le bouquin dirigé par Elsa Dorlin, et ça me gonflait à mort de passer mon temps à chercher des infos en anglais. Le 4e blog, celui qui a le mieux marché avant celui-ci, c'était un sur "la fin des genres" ...lol je dis "lol" car je vois le décalage entre maintenant et cette période fantasmagorique lol 

 

J'ai beaucoup de compassion pour la personne que j'étais à cette époque lol je croyais vraiment qu'il fallait, qu'on pouvait abolir le genre. Comme ça, BOUM ! lol ah la la ...lol Mais bon j'était tout mignon, mignone à l'époque. Bref tout ça pour t'expliquer que j'étais excité avec cette histoire de "gender", puis "genre", d'où mon histoire de blog "la fin des genres". D'ailleurs en y repensant, mon but était erroné (prôner l'universalisme, sans voir qu'on avait besoin au contraire de visibiliser les constructions de genre et pas réfléchir à partir d'une utopie "nous sommes tous humains" qui masque la réalité matérielle discriminante du genre), mais ma manière de le faire n'était pas si mauvaise (partir de plein d'exemples concrets issus du quotidien, pour dénaturaliser les histoires d'hommes et de femmes). 

 

Bref (je t'avais prévenuE, je me sens l'âme blablatante ce soir). Le but c'est de t'expliquer comment je suis venu à ce blog, après 4 tentatives mignones mais foireuses. Bon je retire "la fin des genres" de la foirance, c'était vraiment mignon lol. Anyway...complètement possédé par mon changement de sexe, et après 4 tentatives, je crée ce blog en me disant "ouais c'est histoire de raconter mon vécu, et vu que j'aime parler, oh oui j'adooooore parler, ça va être moyen de le faire sans harceler quiconque" lol. Donc mes premiers articles sont sur la transition. En mode vénère. Parce que je me prenais la tête sévèrement avec ma mère.

 

 


 

Et puis, bien des mois après, j'ai été rattrapé par plein d'autres choses dont le racisme. Je quitte, ou plutôt, j'ajoute au prisme transitionnel le prisme racial (grâce à plein de discussions que j'ai eues avec une pote féministe) et là BOUM BOUM BOUM dans ma tête, comme quand j'ai entendu pour la première fois mon prof dire le mot "genre" dans un cours qui n'avait absolument rien à voir. Alors bref, je me suis rendu compte de choses sur le racisme français que je ne voyais pas, pour la simple et bonne raison que  je souffrai tellement plus de l'aspect tranphobic, homophobic et woman phobic de la société que bon....D'ailleurs il serait intéressant que je me penche sur ce qui socialement entrainait ce positionnement, pourquoi c'est ce qui me touchait le plus etc. Le taff que j'ai fait cette année sur ces questions, en interrogeant plein de gens, peut m'aider à y voir clair, mais bon je rechigne toujours autant à traiter mon propre cas sérieusement lol  . J'en parlerai une autre fois.  

  

  ..................

 

Bref, le but initial du blabla ici présent était de t'expliquer qu'il y a du changement dans le contenu de ma pensée comme je viens de le dire (de chrétienté, à truc intersectionnel disons). Mais il y a aussi du changement sur un autre plan. Je suis passé de :


l'obsession pour ma transition (écrire que des articles sur mon changement de sexe) à l'obsession pour les questions sociales (écrire que des articles sur racisme, sexisme, homophobie). Mais bon je continuerai à écrire sur ma transition, parce que ça peut intéresser, et c'est politiquement intéressant de visibiliser ça. Mais je trouve ça hallucinant qu'alors que je ne parlais que de ça, pour vociférer souvent, je ne t'ai pas raconté des trucs ayant eu lieu ces derniers mois et qui sont centraux !! 

 

Je passe pour homme physiquement. J'imagine autrement mes rapports avec mes proches intolérants/incomprenants, rien à voir avec les vociférations et la colère du début. J'ai beaucoup d'empathie désormais.  Et puis j'ai fait mon coming out trans au travail. Changement de prénom et de pronom au niveau de la direction et des collègues.  

 

Alors, tu vois, y'a tout ça, et pourtant, je te l'ai jamais raconté, je l'ai pas écrit. Tout ça parce que maintenant ce n'est pas central. Ce qui est central, c'est mon regard sur le monde.


Mensonge, il n'y a pas que ça lol mais je te dirai pas lol.

 

 

Donc y'a le truc-que-je-te-dirai-pas,  mais dont l'évocation furtive m'est délicieuse (t'imagine même pas).  Mais je te dirai pas quand même, d'autant que je suis pas sûr de le comprendre. Bref, y'a ça et surtout surtout surtout l'importance que prend mon regard sur les questions sociales, l'importance que prennent les questions de racisme, sexisme, transphobie & co, au-delà de ma petite existence, c'est tout cela mon nouveau barycentre, orthocentre, centre de gravité, whatever how tu veux le caller. Mais ce soir je dis fuck quoi...j'ai envie de me recentrer un peu sur ma propre gueule un peu, voir mon évolution, m'auto congratuler, oui oui, pour envoyer chier le paquet de trucs qui m'emmerdent en ce moment. Je peux le dire, je suis content de mon évolution, et c'est rare que ce type de phrases sortent de mes doigts lol. 

 


 


 

 

 

Malgré tout, je sais bien que ce recentrage auto gueulique n'empêchera pas que je me révolte demain matin quand j'entendrai dire ceci ou cela de untel ou unetelle sur tel ou tel sujet de société. Et je sais que je me préciterais sur le blog, dans la partie brouillon et j'écrirai comme je fais chaque fois "écrire un article sur tel sujet pour répondre à l'abruti numéro cinquante mille qui a dit que " etc etc". Du coup, on revient à des motivations, des excitations, de l'adrénaline, des tourments même certaines fois, pour des choses qui vont au-delà de ma propre vie perso. Du coup la catégorie "sexisme & co" du blog va encore se remplir pendant que la catégorie "mon changement de sexe" restera je pense au même point, ou du moins avancera bien plus lentement. La nouvelle partie "sentiments" (qui changera sûrement de nom, au fur et à mesure que j'écrirai) se remplira sûrement, mais bon, je pense que ce sont les trucs anti sexistes anti whatever-phobie qui vont me mobiliser encore et encore. Mais même l'aspect sentimental égo tripien ne renverra pas qu'à moi, mais à une nébuleuses de trucs wonderful-esques ou shit-iques, à des relations avec des gens (surtout l'évolution de la relation avec la mummy), mais surtout pour des aspects non liées à ma transition (en étant évidemment ni gossip-eur ni trop dévoileur sur moi ou autrui. Oui, le privé est politique mais à ma seule discrétion steu plè).

 

 

 

 

Mais quoiqu'il en soit, je me sens de moins en moins porté à faire ce pour quoi ce blog était créé : parler uniquement de ma transition, pour ma life, pour moi, ce que ça me fait, ce que ça me fait de savoir que les gens pensent que, que les gens croient que, etc. ça veut peut être aussi dire que je commene à n'avoir rien à battre des avis d'autrui ??  

 

Bref tout ça pour te dire qu'en écrivant ce blog j'ai trouvé au fur et à mesure une raison d'écrire qui me dépasse. Et c'est hyper important pour moi de m'en rendre compte, ça me rend heureux. Enfin je m'emporte peut-être en parlant d'heureuseté, mais je sais pas...ça me fait du bien de sentir une motivation à écrire qui dépasse mon propre vécu. Evidemment ça s'enracine dans mon vécu, mais je sais pas y'a un truc qui me pousse à écrire même lorsque je me me dis à moi-même "purée mais t'as pas autre chose à foutre, DSK et compagnie vivront leur life, vis la tienne etc".

 

Peut-être que je me rends compte qu'au fond, Moi, c'est désormais tout ça (militantisme, me mettre en colère et vouloir écrire dès qu'il y a un truc sur l'actualité, bref gueuler contre la société). Who knows ? 


Jesus do. 


(kidding lol). 

 

 

 

Commenter cet article