Complainte des gens "normaux" ou la polémique d'Evelyne de Caro, conseillère UMP - Partie 1

Publié le par Gabriell ni mâle ni femelle

 

Petit rappel sur les faits 

 

Vous en avez peut-être entendu parler, cela s'est produit en fin mars à Fontaine, ville de la région grenobloise dirigée par un maire communiste (Yannick Boulard).  Une conseillère UMP (Evelyne de Caro) a écrit une tribune particulièrement édifiante sur ce que signifie la "normalité" à ses yeux et par extension, aux yeux du groupe UMP, la tribune étant écrite au nom dudit groupe.                                   evelyne-de-caro.jpg

Comme vous l'aurez compris, l'UMP n'est pas le parti majoritaire dans cette ville mais le parti d'opposition, et c'est précisemment en opposition à la politique de cette municipalité qu'Evelyne de Caro a laissé parler son coeur visiblement meurtri par trop de "gauchisme" : 

 

" Notre groupe [ l'UMP ] a l’impression que lecture après lecture des Rives  Gauche [le journal municipal] et ce depuis votre nouvelle élection, pour être considérés sur la commune, nous devons être des sans-papiers, d’origine étrangère, homosexuels, pacsés, aimer l’art moderne uniquement, avoir la carte du parti ou comme certains de vos élus avoir été à droite pendant des années et devenir socialiste depuis 3 ans, etc, etc. Nous aimerions que vous interveniez une fois de plus en Conseil municipal, pour nous indiquer ce que vous proposez, lorsqu’on est pas forcement de gauche, français ou d’origine européenne, en situation complètement régulière, hétérosexuel, aimant l’art dans toute sa splendeur, marié, divorcé ou veuf, en d’autres termes, nous aurions dit " "normaux ", mais depuis toutes vos publications, nous ne savons plus ce qui est normal ou pas!!!

 

Après avoir suscité la polémique, Madame continue de plus belle :


"J’ai voulu dire " ordinaire ", explique Évelyne De Caro, c’est-à-dire comme tout le monde, dans la masse… […] Je ne suis pas homophobe, c’est eux [la majorité] qui les stigmatise en dépensant énormément d’argent pour les campagnes anti-homophobie. Alors qu’ils ne font rien pour les vrais sujets, comme ce groupe de jeunes qui s’est approprié la place Louis-Maison" 

 



Rhétorique habituelle : "la normalité" /  "je ne suis pas homophobe, c'est vous"  / les "vrais problèmes" 


La normalité : cette tribune d'Evelyne de Caro montre de manière évidente que, selon elles et son groupe politique, la "normalité" se situe du côté de la "Souche " française et européenne,  de l'hétérosexualité, de la droite etc. Pas besoin de s'étaler sur les qualificatifs, car les choses sont très claires dans son texte. Pas besoin non plus de s'étaler sur le fait que "la normalité" dépend de qui l'établit et qu'il s'agit là d'une rhétorique qui vise à exclure. Il y a aussi dans son "nous ne savons plus ce qui est normal et ce qui ne l'est pas" cette panique des personnes qui sont privilégiées par la société dans un rapport de pouvoir donné (homme par rapport à femme, hétéro par rapport à homo, blanc catho par rapport à immigré musulman etc), de voir que leurs privilèges s'en aillent. C'est donc un cri d'alarme pour que les choses restent telles qu'elles sont. Autrement dit que la normalité hétérocentrée reste LA normalité tout court, qu'un homme reste un homme et que la France reste la France, non mais !  ^^


"Je ne suis pas homophobe c'est vous" : Il n'est pas non plus nécessaire de s'étendre sur la rhétorique d'inversion habituelle. Zemmour la pratique très bien en expliquant que ce sont les politiques antiracistes des années 1980, notamment avec SOS racisme, qui ont produit du racisme en France. Ici, Evelyne de Caro nous explique que ce sont les campagnes contre l'homophobie qui stigmatisent les homosexuels, et donc produisent de l'homophobie. Que répondre à des imbéciles dont le niveau d'argumentation est aussi bas ? 


Les vrais problèmes : il s'agit de cette conception très fréquente des "vrais sujets" qui consiste à exclure les droits des minorités. C'est considérer comme secondaires les situations sociales auxquelles ces minorités sont confrontées. Parfois (souvent? toujours ?) il s'agit carrément de considérer qu'il ne s'agit pas là de problèmes réels, mais de victimisation de la part desdites minorités, lesquelles ne font que se plaindre à longueur de temps. Là aussi c'est très fréquent, mais je crois que c'est la pensée-à-la-con que je préfère, donc je m'étendrai un petit peu. Les vrais victimes, nous devrions le savoir, sont les hommes, blancs, hétérosexuels et riches, oppressés par la domination des queers, féministes et marxistes installés au sommet de l'Etat. Oui oui, pour de vrai. Vous croyez que ce sont des hommes blancs hétéro au pouvoir, mais c'est faux. Les communautaristes de tous poils ont pris le pouvoir en France depuis looooooonnngtemps déjà, et la composition de l'Assemblée Nationale et de toutes les hautes instances de l'Etat en est la preuve. Bref. Pour cette chère conseillère, les vrais problèmes sont "les groupes de jeunes" et en particulier un qui se serait approprié une place dans la ville. Evidemment, le vrai sujet c'est la délinquance, pas la lutte contre l'exclusion sociale, le chômage, mais bien la délinquence. C'est connu, c'est la droite, et ça séduit désormais la gauche molle et autres individus qui eux, au moins, refusent la bien-pensance et le politiquement correct, na ! 

 

 

 

Parler de l'homophobie à la française et contrer le mythe d'une homophobie exotique 


Que faire de cet énième acte de bouffonerie d'un membre de l'UMP ? Ce qui m'intéresse tout d'abord, c'est de réfléchir au fait qu'Evelyne de Caro ait mis du côté des anormalités aussi bien les homos que les étrangers. Et "étrangers" ici ne veut pas seulement dire "les gens qui ne sont pas français", mais "les gens qui ne sont pas européens", car elle a bien fait le lien entre être "français ou d'origine européenne". On peut même par extansion supposer, sans trop prendre de risques, qu'elle ne parle pas de personnes "blanches", mais bien des personnes issues des immigrations africaines, soit des Noirs et des Arabes pour le dire de manière simple, sans pour autant être simpliste, si l'on suit l'actualité française. 

 

Qui a-t-il de si extraordinaire dans le fait qu'une conseillère UMP soit à la fois homophobe, xenophobe et raciste ? Pas grand chose en soi. Sauf que ces propos m'intéressent en ce qu'ils contredisent la rhétorique qui s'est développée en Europe, visant a faire valoir des pseudos luttes pour les droits des femmes et des homos contre les immigrés, au motif que ceux-ci seraient plus sexistes et homophobes que les bons blancs européens civilisés. Le sexisme et l'homophobie viendraient d'ailleurs, en France il n'y a pas ça, sauf si c'est importé par les sauvages qui voilent, violent battent leurs femmes et pendent leurs homos. Il faut préciser que ce ne sont pas seulement "les immigrés" en général qui sont visés, mais particulièrement "les musulmans", qu'ils soient étrangers ou non, au motif que leur religion serait incomptible avec ladite civilisation européenne. Et puis il y a évidemment tout ce mélange, propre à toutes les exclusions, qui consiste à faire une équatition pour le coup très simpliste entre musulmans = arabes et arabes = immigrés, donc musulmans = immigrés, même lorsque ceux-ci sont nés en France, de parents nés en France etc...

 

Dans l'actualité on entend énormément de choses sur "l'homophobie dans les banlieues" ou "dans les quartiers" comme ils disent. Alors même qu'il y une réelle homophobie d'Etat (refus d'accorder des droits) et de ceux qui le représentent (propos diffamants d'hommes et de femmes politiques contre les homosexuels). C'est à dire qu'on ne médiatise qu'une certaine forme d'homophobie. On concentre le regard sur un seul point, histoire de faire diversion sur  les vrais problèmes pour le coup.

 

Si des rappers chantent des choses homophobes (comme l'affaire avec Sexion d'assault, septembre, octobre 2010) on criera à l'homophobie du rap. On s'indignera encore avec l'affaire du club de foot musulman, Créteil Bebel, qui avait refusé de jouer ave le Paris Foot Gay en octobre 2009 : même Rama Yade était intervenue pour dénoncer l'homophobie. Mais quand Jacques Myard (UMP) déclaraient le 13 janvier 2011 dans une émission de radio que " reconnaitre l'homosexualité parce qu'elle existait, c'était reconnaitre alors toutes les formes de perversions sexuelles " , dénoncer ses propos était faire preuve de "politiquement correct".YouTube - Jacques Myard (UMP) "l'homosexualité est une perversion" dans la matinale du Mouv. 

 

Christian Vanneste dont les propos homophobes sont sans doute les plus fréquents et les plus abjectes a été défendu par la Cour de Cassation qui a annulé en novembre 2008 sa condamnation car si "ses propos ont pu heurté [...] il ne dépasse pas le cadre de la liberté d'expression". Et il n'avait fait l'objet que d'une condamnation timide et hypocrite de Xavier Bertrand.


Avec des exemples comme ceux de Caro, Myard et surtout Vanneste, comment peut-on encore croire à une plus grande homophobie des "étrangers" (le plus souvent Français "mais" musulmans) quand nous avons en France une telle homophobie d'Etat et de ses représentants que rien ne semble complexer ? 

 

A suivre ...! 

 

 

Quelques articles de presse sur le net qui mentionnent cet énième dérapage :

Pour une conseillère municipale UMP, les homosexuels et les étrangers ne sont pas des gens "normaux" | Yagg

Grenoble: L'élue UMP homophobe et xénophobe : Du lard dans toute sa splendeur? - jeanmichelsady sur LePost.fr (19:59)

Et googlez à souhait, pour voir comment selon les tendances politiques, cette polémique est relayée, d'autant qu'il me semble que certains médias ont été plus choqués par le fait de ranger les homosexuels dans les anormaux, que par le fait d'y ranger aussi les immigrés par exemple. Mais il me semble que c'est parler même de "normalité" et définir des anormalités qui est en soi le problème, mais pas tant qui on range d'un côté ou de l'autre.

Commenter cet article

David Radji 08/08/2015 21:14

Essayez vous un jour à l'intelligence de l'interprétation et du recul face aux écrits. Le véritable message de cette tribune n'est pas le racisme ou l'homophobie (allons plus loin en disant xénophobie) mais bien le manque de diversité des politiques mises en place au sein de la commune fontainoise. Venez vous balader un jour dans le 'centre ville' de notre petite ville, et vous verrez que vous vous en irez bien vite rejoindre les communes aux alentours parce qu'il faut bien le dire : la politique communiste, elle est formidable sur le papier glacé, mais en réalité, elle ne permet pas le rayonnement d'une culture diversifiée (car c'est ce que l'on pourrait faire à Fontaine) mais plutôt la mise en place d'une ville de logement, qui se contente d'exister dans la pénombre des villes aux alentours...

gab 13/04/2011 14:37


Les plus grands homophobes, transphobes, racistes, sexistes, classistes, qui n'ont rien à foutre des personnes qui ont le sida, qui sont en situation de handicap, du chômage, etc , bref de VRAIES
MERDES !


bliniz 13/04/2011 13:04


merci pour ce coup de pied au cul des hypocrites qui passent leur vie à dire que le problèm de la france c'est les arabes alors que les plus grands homophobes sont au pouvoir !