"Arrêter de pleurer ! vous êtes paranos ! c'est dans votre tête" !

Publié le par Gabriell ni mâle ni femelle

 

 

Hummmm, 

 

J'ai regardé une émission ce soir, mais j'ai pas envie d'expliquer tout le contexte donc je dis juste qu'en gros, dans cette émission il y a avait encore en débat les questions d'intégration des immigrés et bla bla bla. Je précise que ce débat est présenté comme tabou alors qu'il me semble que les questions concernant "la place desreflechir.gifimmigrés", leur "intégration" sont hyper fréquentes dans le débat public en France, mais BREF...comme d'hab les connards qui pondent ça et veulent faire avancer leurs idées nauséabondes t'expliquent qu'ils sont "politiquement incorrects", qu'ils "brisent des tabous" alors que ce sont des idées qui sont tout le temps mises sur la table et qu'on entend tout-le-fucking-temps ! 

 

Anyway...ce qui me donne envie d'écrire c'est ça : Fatou Diome sur le plateau, assez remontée contre ce débat, est passée pour paranoïaque et hystérique. En gros on lui reprochait de "s'enfermer", de "voir le racisme partout" etc.

 

Même si dans l'émission cela concernait le racisme, cela me fait penser à toutes les fois où quand on critique ce qui pose socialement problèmes à nos yeux, on nous explique que "c'est dans notre tête". En somme, racisme, sexisme, homophobie, lesbophobie, transphobie, problèmes de classe sociale, marginalisation des personnes en situation de handicap, etc, n'existeraient pas. Donc si par malheur tu soulèves ces questions on te dit que tu n'es qu'une personne parano qui aime se plaindre.

 

Aussi, le fait qu'il y ait évidemment énormément de questions sociales à problème, c'est censé pour ces connards vouloir dire "qu'au fond ça sert à rien de se plaindre, car il y a toujours des problèmes"...

 

reflechir-t13591.jpgJe suis très troublé à l'instant où j'écris car je me demande comment sortir de cette impasse où nos colères contre les injustices sont réduites à de l'hystérie (quand c'est une femme qui parle, donc la dimension mysogine est à son apogée ici), à du "politiquement correct", à des "pleurnicheries" etc. 

 

Je ne crois pas du tout que le silence est la solution. Ces colères sont légitimes. Mais j'aimerais avoir le pouvoir de rompre avec les évidences des soit disant minorités qui aiment se plaindre et qui inventent elles-mêmes leur stigmate. 

 

Une bouffonne sur le plateau expliquait '"qu'elle ne voit pas les gens en fonction de leur couleur de peau, mais qu'elle voit des humains". Mais Bouffonne, même si tu es assez de mauvaise foi pour nous faire croire que lorsque tu vois un homme blanc à cravate et un renoi à casquette tard dans la nuit, tu vois "deux êtres humains" de la même façon, sache que des études sont faites ne serait-ce que dans les boites d'interim pour voir qu'il y a une discrimination réelle à l'emploi : PAS DE NOIRS ET PAS D'ARABES. Et un certain Eric Z (pas comme Zoro, mais comme Zizi frustré) nous expliquait que "les employeurs ont le droit de refuser des noirs ou des arabes!" Donc cela veut dire que malgré les pseudo universalites qui "ne voient pas la couleur", les discriminations existent, donc, en parler, est-ce vraiment de la parano, des pleurnicheries ?? 

 

Je réfléchis...comment faire comment faire comprendre à ces petits nigots que poser les questions sociales ne revient pas à créer des problèmes mais à les analyser pour voir comment les régler ?! Et puis bon, même s'ils ne nous croient pas, ils ne se disent pas que traiter les gens de "parano-communautariste-pleurnichard" ne fait que raviver la colère et le sentiment d'injustice ??cri.jpg

 

Lorsque mon esprit sera frais, j'essairai de me pencher sur la question de la soit disant victimisation et de la paranoïa des groupes minorisés socialement. J'ai envie de penser à l'accusation de  "paranoïa" comme un élément pour réduire au silence toutes critiques des rapports sociaux. Et si d'un côté on porte ces accusations contre les personnes qui dénoncent, on honnore celles qui ferment leur gueule car supposées plus raisonnables, et pas à la recherche de conflits : "mais oui madame/monsieur, regardez, y'a plein de noirs qui trouvent que tout va bien, donc le problème c'est VOUS". Mais oui c'est bien connu, ce qui est mal, n'est pas le problème en lui-même, mais celles et ceux qui le mettent en lumière... 

Bref, une telle question supposera aussi de se poser la question de la grande acception des gens de la condition qu'ils/elles vivent et qui expliquent que des connards puissent dire "moi je connais plein de noirs qui n'aiment pas qu'on pose les questions raciales / moi je connais plein de femmes qui trouvent ça normal que les hommes soient les chefs de la famille / moi je connais plein d'homos qui pensent que les enfants doivent être élevés seulement par des hétéros..."

 

Je réfléchis, je réfléchis...mais je vais me coucher ce soir avec un grand sentiment d'impuissance, avec une envie de hurler 

 

Commenter cet article

Gab 21/03/2011 10:22


ben oui, c'est sûr, les minorités sont affreusement méchantes en france et elles ont pris le pouvoir , y'a qu'à regarder qui compose l'assemblée nationale, you ou ! lol


lunatik 20/03/2011 11:16


p'tit con, c'est bien connu "on ne peut plus rien dire en france, les minorités ont pris le pouvoir". Je crois que je sais de quelle émission tu parles. Je n'ai pas tout regardé car la simple
présence d'Eric Raoult montrait qu'il ne s'agissait pas d'un débat sérieux...